Éviter les inflammations chroniques dans un régime alimentaire riche en gras et en protéines

inflammations chroniques L’inflammation se produit naturellement dans le corps comme une réponse immunitaire. Elle relance le processus de guérison en inondant toute lésion présente dans le corps avec des antigènes de guérison. Les antigènes et les fluides se concentrent dans les tissus du corps pour les débarrasser des corps étrangers (bactéries et virus). La présence de l’inflammation n’est pas toujours signe de la présence d’une infection.

L’inflammation devient préoccupante lorsqu’elle devient chronique, persistante et récurrente. Une inflammation chronique dans une zone du corps peut en provoquer d’autres dans d’autres parties du corps. Par exemple, une infection des sinus peut entrainer une infection de l’oreille et affecter le système immunitaire, qui à son tour pourrait éventuellement avoir des effets négatifs sur la santé des poumons.

Dans certains cas, un irritant de faible impact piégé dans les tissus peut provoquer une inflammation récurrente et entrainer une inflammation chronique. Le Syndrome de l’intestin irritable en est un bon exemple, cette maladie provoque une inflammation dans les intestins lorsque certains aliments passant à travers l’appareil digestif causent des irritations.

Si les irritations récurrentes ne sont pas traitées, elles provoquent une inflammation chronique. Les inflammations chroniques sont liées au développement de maladies cardiaques, de cancers et d’autres maladies systémiques.

Le lien entre les régimes alimentaires riches en graisses et en protéines et les inflammations

Un régime riche en protéines et en matières grasses rend le corps vulnérable aux inflammations chroniques. Les protéines fournissent au corps les éléments constitutifs des tissus sains, c’est-à-dire les acides aminés. La graisse fournit de l’énergie au corps. Les protéines peuvent également fournir de l’énergie au corps, mais elles doivent d’abord être converties en glucose dans le foie et les reins. Les cétones pénètrent dans le sang lorsque la graisse est brûlée pour donner de l’énergie lorsque le glucose n’est pas facilement disponible.

Des niveaux élevés de cétones sont toxiques pour l’organisme. Certains tissus ne tolèrent pas la présence des cétones et requièrent du glucose, s’il n’y a pas assez de protéine, le corps en puise dans la masse musculaire pour les convertir en glucose. Fondamentalement, le corps a toujours besoin de glucides pour assurer son équilibre métabolique.

Les régimes à faible teneur en glucides non seulement affectent négativement les sources d’énergie, mais ils empêchent aussi le corps de bénéficier efficacement des nutriments et des antioxydants qui préviennent et réparent les dommages oxydatifs. Les fibres sont également plus difficiles à acquérir lorsque l’on suit un régime faible en glucides. Une personne sous régime faible en glucides ne peut consommer que de 2 à 7 grammes de fibres par jour, ce qui est nettement inférieur à l’apport quotidien recommandé en fibre qui est de 25 à 30 grammes.

Lorsque l’on suit un régime faible en glucide, le corps passe en mode « urgence » et se voit obligé de puiser dans ses mécanismes de survie. Cela provoque beaucoup de stress et d’irritation, ce qui peut conduire à une inflammation chronique, parce que le corps ne peut pas utiliser efficacement ses ressources pour mener à bien ses fonctions vitales et réparatrices. L’utilisation des cétones comme source d’énergie peut conduire à un état toxique appelé cétose. Les effets secondaires de la cétose comprennent la mauvaise haleine, la fatigue débilitante, la constipation, des confusions cérébrales et des maux de tête.

Éviter l’inflammation chronique

Afin de prévenir l’inflammation chronique, les personnes sous régime hypoglucidique (faible en glucides) doivent être sélectives quand il s’agit de choisir leurs sources de glucides. Pour perdre du poids ou simplement se remettre en forme sans provoquer une réponse immunitaire, on doit se concentrer sur la consommation de sources de glucides contenant de fortes quantités de nutriments et de fibres. Des exemples de fruits et légumes faibles en glucides et répondant à ces critères comprennent :

  • Le brocoli
  • La roquette
  • Le chou de Bruxelles
  • Les avocats
  • Les myrtilles
  • Les framboises
  • La grenade
  • Le kiwi
  • Le raisin

Autres superaliments, fournissant des antioxydants bien que nécessaires, sont le thé vert, les protéines de lactosérum et le café. Choisissez des fruits et légumes colorés et riches en fibres. Ils offrent les meilleurs rendements en termes d’antioxydants pour une alimentation faible en glucides.

La déshydratation a aussi des répercussions négatives, récurrentes et sévères sur les personnes sous régime hypoglucidique, elle provoque la constipation et la fatigue. En outre, quand le corps souffre de déshydratation, il n’arrive pas à éliminer les déchets de façon convenable. Cela étant dit, il faut avoir que les fruits et les légumes sont très riches en eau.

La consommation des fruits et légumes aide à compenser l’eau ou les autres fluides utilisés pour maintenir l’hydratation du corps. La nourriture solide fournit environ 20 % des besoins en eau de l’organisme. Les personnes qui suivent un régime faible en glucides doivent accorder une attention particulière à l’hydratation pour le bon fonctionnement de leur système digestif et du métabolisme et pour finalement prévenir l’inflammation chronique.